Interview coach : Alexandre Ysope

Ce samedi, nous avons suivi Alexandre Ysope dans son rôle de coach. Alexandre est en contrat civique chez le CO Pacé en tant qu’éducateur sportif ainsi que le coach des U13 Féminine de Pacé. Pour en savoir plus sur lui et sur le bénévolat en tant que coach, nous lui avons posé quelques questions.

-Qu’est ce qui t’a donné envie de coacher une équipe de jeunes?

« En soit j’ai commencé en tant qu’éducateur sur le terrain sans réellement coacher une équipe, et il y a 3 ans, Ines qui était au club en tant que service civique, m’a proposé de coacher les U11 féminine avec elle. Dès les premiers matchs j’ai direct accroché au rôle de coach. Du coup j‘ai enchainé sur les U10 B l’année suivante et actuellement je m’occupe des U13 féminine. Ce qui m’a donc donné envie de coacher une équipe de jeunes, c’est de voir le travail qui paie et le plaisir que prennent les joueuses pendant les matchs. »

-Qu’est ce qui te plaît le plus dans le rôle de coach?

« Ce qui me plait le plus dans ce rôle, c’est surtout le fait de diriger de A à Z une équipe, de voir les résultats, et de pousser l’équipe vers le haut. En tant que coach, on travaille avec l’équipe et donc les uns pour les autres et pas chacun de son côté. Le fait que je ne sois pas issu de la même génération que mes joueuses me permet aussi d’apprendre et découvrir certaines choses sur des domaines qui leur sont plus propres, tout ça en étant à leur côté. »

-Comment se déroule une journée “normale” en tant que coach au CO Pacé?

« La journée se déroule en 10 étapes distinctes :

1- Dans un premier temps, il faut arriver une demi-heure avant l’heure de convocation. 

2- Dans un second temps, il faut préparer son matériel (ballons, coupelles, chasubles) 

3- Je réfléchis ensuite à ce que je vais pouvoir faire sur le terrain, avec la composition etc…

4- Très important : Venir et accueillir les joueuses avec le sourire.

5- On a ensuite le départ vers l’autre club si les matchs sont à l’extérieur.   

6- Vient l’échauffement avant le match, avec des petits exercices à mettre en place pour préparer les joueuses.

7- On a ensuite la discussion d’avant match pour les consignes et la disposition sur le terrain.

8- On doit gérer les joueurs sur le terrain et en dehors avec les remplacements par exemple.

9- Vient, après, le bilan de fin de match avec les joueuses. 

10- Et pour finir on doit gérer le transport pour le retour si on a joué à l’extérieur.

Le grand mot, c’est s’amuser et aimer faire ce qu’on aime faire. »

-Est ce que c’est dur de gérer tout seul une équipe entière de jeunes joueuses?

« Ça dépend de la volonté des joueuses et de leur concentration. Si tu n’arrives pas à les captiver, ça peut être compliqué à cet âge là. Je pense que rire avec elle et rester cool peut être une bonne solution dans cette situation. »

-Dans le futur, est ce que tu te vois continuer à coacher une équipe?

« Oui, commencer dans un petit club et gravir les échelons pour coacher dans le futur une équipe professionnelle, c’est le but. »

-Est-ce que tu aurais un mot à dire à tous ceux qui hésitent à devenir coach bénévole?

« Il faut essayer pour aimer, un samedi c’est pas grand chose dans une semaine. Ça nous permet de sortir et de faire plaisir aux jeunes joueurs. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.